Nouvelles conditions pour la présence de vie extra-terrestres: les effets de marées peuvent modifier le concept de la zone habitable

Les marées peuvent rendre les soi-disant zones habitables autour d’étoiles de faibles masse (comparée à notre soleil) inhabitables. Ceci est le résultat d’une étude publiée par une équipe d’astronautes menée pas René Heller de l’Institut Astrophysique de Postdam(AIP); l’existence des exoplanètes est connue depuis 1995. En cherchant la vie ailleurs que sur terre, les scientifiques considèrent de prés ces planètes situées dans les zones habitables, planètes orbitant autour de leur soleil à une distance permettant la présence d’eau liquide, l’eau liquide étant supposée être un ingrédient essentiel pour la vie.

Jusqu’à présent les deux principales façons de déterminer la température d’une planète étaient sa distance avec son étoile mère et sa composition atmosphérique. Mais en ayant étudié les effets de marées provoqués par des étoiles naines sur ces planètes potentiellement comme la Terre, Heller et ses collègues ont conclu qu’ils pouvaient modifier le concept de la zone habitable.

Il a déduit cela à partir de trois effets:
-Premièrement, les forces de marée ont tendance à rendre les axes de rotation de planètes perpendiculaires à leurs orbites en quelques millions d’années. Notre planète possède un axe de rotation incliné à 23.5 degrés; c’est-ce qui est à l’origine des saisons.

Du à cela, dans les exoplanètes habitables situées autour de petites étoiles, il n’y aurait pas de variation saisonnières des températures. Ces planètes auraient donc une différence de température entre les pôles (avec un froid extrême) et les équateurs (une chaleur, qui finirait par faire évaporer n’importe quelle atmosphère). Ces différences de températures causent des vents et orages extrêmement violents.

-Le second effet des marées serait le réchauffement de l’exoplanète, comme c’est le cas de Io, satellite de Jupiter ayant une activité volcanisme particulièrement forte.
Il faudrait alors dans ce cas fixer le concept d’habitabilité à des températures plus basses.
-Troisièmement, les marais peuvent provoquer les rotations synchrones(synchronisation entre la période de rotation et la période de révolution) comme c’est le cas entre la Lune et la Terre. Notre satellite naturel montre toujours la même face. Par conséquent, ce type d’exoplanète reçoit des radiations fortes sur sa face exposé et l’autre moitié est plongée dans le noir glacial éternel.
Ces zones présumées habitables au départ risqueraient de ne pas l’être. Toutefois si l’exoplanète possède une atmosphère suffisamment épaisse, une partie de la chaleur de la face éclairée pourrait être transférée à la partie sombre, ce qui réchaufferait la face sombre et refroidirait l’autre.

Pour abriter la vie, il suffit que la planète possède une zone ou région habitable suffisamment grande pour héberger un écosystème.

Une réflexion au sujet de « Nouvelles conditions pour la présence de vie extra-terrestres: les effets de marées peuvent modifier le concept de la zone habitable »

  1. Juste pour signaler que si la Lune nous présente toujours la même face, celle que nous ne voyons jamais, la face cachée de la Lune, est tout de même soumise à des jours et des nuits. Tout comme la face que nous voyons depuis la Terre… Donc la face cachée de la Lune n’est point plongée dans une obscurité éternelle. Ni celle que nous connaissons dans la lumière solaire.
    Sinon ce Blog, »Voyage dans l’Univers », est un bon site de vulgarisation et j’aime bien y surfer 😉
    Jeff Barani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *