Venus, planète la plus « brulante » du système solaire

C’est la deuxième planète la plus proche du soleil après Mercure. Elle est souvent décrite comme la sœur jumelle de la Terre en raison de certains points communs: son diamètre fait 95% celui de la Terre, sa masse 80% et sa valeur de la pesanteur est de 8.87.

Les surfaces des sœurs jumelles montrent un terrain diversifié : montagnes, plaines, plateaux élevés, gorges, volcans, arêtes et cratères d’impact. Les deux ont peu de cratères, signe d’une surface relativement jeune et d’une atmosphère dense. Leurs compositions chimiques sont très proches.

La planète a peut-être hébergé la vie il y a plusieurs milliards d’années. En effet, des conditions permettaient l’existence d’eau liquide en surface, eau aujourd’hui disparue par évaporation puis dissociation photochimique dans la haute atmosphère.

La température à la surface vénusienne varie de  446 à 490 °C. Elle est supérieure à celle de Mercure pourtant plus proche du soleil. Tout être vivant terrestre déposé à sa surface grillerait instantanément.

Cette forte température s’explique par sa distance proche avec le soleil (0.72 UA) mais aussi par son atmosphère très épaisse composée à 96.5% de dioxyde de carbone qui génère un très puissant effet de serre.

Vénus possède un champ magnétique très faible et jusqu’à aujourd’hui on a trouvé aucun satellite naturel.

C’est l’une des seules planètes dont la rotation est rétrograde, et la seule ayant une période de rotation (243 jours) supérieure à sa période de révolution (224,7 jours).
Sa forme quasiment sphérique et son orbite est le plus circulaire des planètes du système solaire.

La planète, que l’on appelle l’étoile du berger atteint une magnitude apparente dans le ciel pouvant atteindre -4.6, valeur dépassée uniquement par la Lune et le Soleil.

Sa topographie présente peu de reliefs élevés, et consiste essentiellement en de vastes plaines a priori volcaniques géologiquement très jeunes. Elle contient d’épaisses couches nuageuses opaques constituées de gouttelettes de dioxyde de soufre et d’acide sulfurique surmontées d’une brume de cristaux de glace d’eau qui donne à la planète son aspect laiteux observé depuis l’espace. Ces nuages réfléchissent l’essentiel du rayonnement solaire.

Venus est né dans le même nuage de gaz et de poussière qui a donné la Terre, il y a 4.6 milliards d’années.

Pour en savoir plus sur cette planète je vous invite à lire l’article Vénus et ses secrets ou à consulter la catégorie Vénus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *