S’évader à des milliers d’années-lumières pour trouver un monde meilleur

Quand on est hanté par la routine quotidienne qui ronge petit à petit notre vie, on a besoin de changer d’air ; changer d’air peut vouloir dire tout simplement sortir de chez soi mais aussi voyager. Mais n’avez vous jamais rêver de fuir et de débarquer dans un monde aussi lointain que merveilleux, semblable à celui du film d’avatar pas exemple ? Que feriez-vous si on vous donnait les moyens de pouvoir voyager à des milliers d’années-lumières ?

Après avoir exploré le système solaire jusqu’à ses confins et fait un petit détour vers Proxima et Alpha de Centaure, histoire d’approcher d’autres soleils, vous ne rechercheriez probablement pas à visiter un autre système stellaire n’ayant aucune originalité.

Si vous êtes déprimé et dégouté de notre monde capitaliste, égoïste, qui ne respecte même pas sa planète et où personne ne vous aime, si vous êtes de nature sensible, romantique, et sociable, vous n’allez pas passer tout votre temps à faire de l’astronomie.
La raison de vivre à nous tous ne se limite pas à cette activité même si dans l’espace elle nous offrirait de nombreuses images à couper le souffle, mais à son sens tels qu’il est : la vie. Nous voulons vivre longtemps et heureux. Vous allez donc rechercher un monde meilleur.

Mais ces mondes-là même si ils existent probablement et en grand nombre vu le nombre d’astres dans l’univers, et le nôtre sont séparés par un obstacle infranchissable : la relativité d’Einstein. Selon cette dernière, il est impossible de dépasser la vitesse de la lumière (299 792 458 m⋅s-1, mais cette question est sujette à débat). Même en atteignant cette vitesse-là, nous ne mettrions pas moins de plusieurs milliers d’années pour voyager, si nous n’aurions pas à nous rendre dans une autre galaxie, soit un ordre de grandeur incomparable à celui de la durée d’une vie humaine.

Une solution : violer cette théorie, inviolable d’après Albert Einstein.

Supposons que vous aviez les moyens de violer cette fameuse loi; trouver une planète avec des paysages d’une sublimité dépassant l’imagination, où il règnent des créatures plus jolies que les plus belles femmes du monde et prêtes à vous apporter tout leur amour, reviendrai à rechercher une aiguille dans une meule de foin.

En effet, il faudrait commencer par repérer un nombre considérable de planètes habitables. De plus la très grande majorité des planètes ou satellites naturels habités, le sont probablement par des micro-organismes ou bien n’abritent pas suffisamment de contions favorables aux terriens. Cela peut être par exemple une atmosphère trop dense en dioxygène qui nous écraserait ou ferait exploser nos poumons, des températures moyennes avoisinant les 70°C, une gravité trop forte pour pouvoir marcher, des ondes nocives pour nous dont les êtres endémiques sont protégés…Bref une planète habitée ne signifie pas qu’elle serait habitable pour nous. Toutefois il ne suffirait pas de trouver des planètes quasi identiques à la terre, mais des planètes abritant des conditions permettant au moins de nous adapter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *