Vivre dans l’espace nuirait à la santé

Ce que des recherches avaient déjà mis en évidence plusieurs fois a une nouvelle fois été confirmé par une étude récente et plus approfondie.
Le facteur le plus important est évidement l’absence de gravité ; vivre dans l’espace comme le font les occupants de la Station spatiale internationale (ISS) a tendance non seulement à réduire la densité osseuse, atrophier les muscles, mais aussi à affaiblir le système immunitaire et diminuer la capacité du corps à éliminer des cellules cancéreuses ou défectueuses. De plus la régénérescence des vaisseaux sanguins est altérée et les gènes impliqués dans l’arthrite et la croissance des tumeurs sont activités. Lire la suite

Les débris spatiaux, véritable pollution extra-atmosphérique

Actuellement un grand nombre de débris provenant de divers engins spatiaux sont en orbite autour de notre planète. Selon la NASA le nombre de ces objets ou fragments de plus de 10 cm serait estimé à plus de 22 000, mais en comptant les fragments plus petit on en dénombrerait plusieurs millions. Lire la suite

Communiquer avec d’eventuels extra-terrestres

Malgré nos moyens déployés depuis cinquante ans, aucun contact n’a été établit avec une civilisation extra-terrestre intelligente. Mais de nouveaux télescopes vont rentrer en action.
Après maintes réflexions sur les émissions dues à une activité non naturelle et sur les signaux émis par la Terre dans l’espace, il a été convenu qu’un signal extra-terrestre typique aurait trois caractéristiques: il serait bref (les signaux continues étant en général provoqués par des phénomènes naturels), de forte intensité pour dépasser le « bruit de fond » de la galaxie et dans la bande de fréquence très étroite; autrement dit, il s’agirait d’un pic distinct que l’on pourrait attribuer sans risque de confusion possible à une activité non naturelle, c’est-à-dire une technologie extra-terrestre. Lire la suite