Quel vaccin obligatoire pour le Pérou ?

Dans le cadre du suivi du premier cas de diphtérie signalé au Pérou depuis 20 ans, les responsables de la santé signalent trois cas confirmés liés aux parents directs du défunt âgé de 5 ans, qui sont actuellement stables et ne nécessitent pas l’administration d’antitoxine diphtérique.

En outre, le ministère de la Santé a confirmé mercredi qu’un patient de 69 ans, décédé à l’hôpital Cayetano Heredia de Lima des suites d’un problème respiratoire causé par une maladie préexistante, a été identifié avec la bactérie Corynebacterium diphtheriae lors du test moléculaire traité par le National Institute of Health (INS) et dont le résultat final a été connu cet après-midi.

A lire aussi : Quand l'hiver commencera-t-il à la réunion ?

La patiente est arrivée à l’hôpital de Cayetano Heredia le 29 octobre, a reçu une antibiothérapie et un soutien à l’oxygène, mais malheureusement elle est décédée le vendredi 30 octobre.

Dès que le cas a été confirmé, des contacts ont été identifiés et les maisons des membres de la famille ont été visitées dans le district de San Martín de Porres, qui ont reçu un traitement prophylactique avec des antibiotiques, et les tests ont été effectués et ils ont été vaccinés contre la diphtérie. La même chose a été faite avec le personnel de l’hôpital.

A voir aussi : Quelle est la langue parlée aux Seychelles ?

Cela a provoqué une campagne de vaccination de blocus — pour toutes les personnes qui n’avaient pas de vaccin contre la diphtérie — couvrant 121 pâtés de maisons dans les environs du domicile du patient décédé avec 40 brigades de santé.

Luis Suárez Ognio, vice-ministre de la Santé publique, a déclaré qu’à ce jour, l’origine des infections n’a pas été détectée, mais que l’INS développe une étude de génotypage qui permettra de déterminer si les bactéries qui sont entrées au Pérou sont liées à celles qui existent dans les pays qui enregistrent cette maladie.

ARTICLES LIÉS