Les documents nécessaires pour conduire à l’étranger

Pour conduire en dehors de la France, tout automobiliste est tenu de respecter les règlementations appliquées dans le pays concerné. Le code routier n’étant pas semblable d’un pays à un autre, vous devez vous tenir informés des mesures à prendre avant d’emprunter les routes hors de France.

Que doit-on donc avoir comme documents pour conduire à l’étranger ? Voici l’essentiel à savoir.

A lire aussi : Quelle est la devise utilisée en Russie ?

Les documents qu’il faut pour conduire en Europe

En France, le permis que vous détenez peut vous rendre apte à conduire dans tous les pays d’Europe. Ainsi, le permis voiture délivré dans l’Hexagone apparaît comme approprié pour conduire un véhicule sur les différents pays de l’union européenne. Les justificatifs indispensables pour conduire en Europe sont au nombre de quatre.

Un permis de conduire valide

Vous devez savoir que votre autorisation de conduire reste valable en permanence dans votre pays. Quant au titre de conduite, la durée de validité est comprise entre 5 et 15 ans pour le format carte de crédit. Sa validité est donc limitée. Les titres de conduite en carton à trois volets sont valides jusqu’en 2033. Lorsque la durée de validité est finie, il faut renouveler celui-ci via une démarche administrative simple. Vous n’aurez pas à faire un examen de conduite ou un contrôle médical.

A voir aussi : Quel est le salaire minimum en Pologne ?

Pour obtenir le permis de conduire, ou titre de conduite, vous avez la possibilité d’opter pour une auto-école ou passer vos examens en étant candidat libre.

Certificat d’immatriculation

Le présent certificat est simplement votre carte grise. Il va servir à prouver l’authenticité de la propriété de votre véhicule. Il contient des informations concernant l’auto et son propriétaire. Lors des contrôles qui se font en dehors des heures de conduite habituelles, ce certificat est souvent demandé par la police.

Attestation d’assurance automobile internationale

Désignée auparavant sous le nom de carte verte, cette pièce atteste l’existence d’une couverture d’assurance responsabilité civile suffisante. Elle se révèle capitale lorsque vous voulez effectuer un voyage sur une longue distance avec votre propre voiture. Sachez qu’une telle attestation sert à prouver que votre véhicule est assuré selon la loi.

Un constat européen amiable de déclaration d’accident

S’il arrive que vous ayez un accident sur la route avec d’autre(s) véhicule(s), vous êtes tenus de remplir un constat amiable d’accident. Ceci permet d’être indemnisé par l’assureur après avoir déterminé le responsable de l’incident.

Les pièces qu’il faut pour conduire hors de l’Europe

Pour conduire en dehors de l’Europe, l’obtention du permis de votre pays ne suffit pas. Il faut avoir un permis international ou une autorisation temporaire de faire usage d’une automobile sur place. Toutefois, il est important de vous informer sur les règles relatives au permis de conduire du pays de destination. Ainsi, vous allez prendre les dispositions nécessaires pour vous munir des papiers indispensables à la conduite pour ne pas être surpris.

Permis international

Ce n’est qu’une traduction du permis de votre pays permettant de rouler sur un territoire étranger. De plus, il reste rattaché à la catégorie de véhicules inscrite sur votre document de base. Pour l’obtenir, en étant en France, il faut obligatoirement une demande en ligne. Cette dernière se fait avec un justificatif d’identité et un élément de preuve de votre domicile, tous deux numérisés. Après cette étape, faîtes un envoi par courrier à l’adresse requise des pièces suivantes :

  • l’attestation de dépôt de demande en ligne,
  • une photo d’identité récente et conforme aux normes,
  • une enveloppe prête à poster portant vos nom et prénoms et l’adresse d’envoi appropriée.

Notez que vous avez deux mois maximum, après la pré-demande en ligne, pour faire votre demande par courrier. Passé ce délai, vous reprenez toute la procédure du début. Au cas où vous seriez à l’étranger, votre ambassade ou consulat est indiqué pour vous orienter en vue de l’obtention du permis international.

Autorisation temporaire de conduite sur place

Elle est donnée par certains pays qui, pour des raisons valables n’acceptent pas qu’un étranger roule avec un permis national ou international. Suivant les dispositions administratives applicables en ces lieux, cette autorisation vous est établie sur demande.

En conclusion, les documents requis pour conduire à l’étranger sont ceux à posséder pour emprunter les axes européens ou les routes des pays hors d’Europe.

Les formalités pour conduire avec un permis étranger

Voyager à l’étranger peut être excitant, mais la conduite dans un pays étranger est souvent une expérience stressante si vous ne disposez pas des documents requis. Si vous avez prévu de voyager avec votre propre véhicule, pensez à bien obtenir le permis local correspondant. Dans ce cas-là, l’obtention du nécessaire se fera en fonction du type de permis et du statut résidentiel de l’individu.

Dans le cadre d’un voyage temporaire, certains pays acceptent votre permis national sans aucune exigence supplémentaire, tandis que d’autres exigent soit la production d’un document international de conduite (IDP), soit qu’il soit traduit officiellement par leur ambassade ou consulat avant la validation.

La durée pendant laquelle vous pouvez utiliser votre licence dépend aussi des règles relatives au type et aux restrictions associées à votre permis national ainsi qu’à celles propres au lieu visité. Pensez à bien vérifier auprès des autorités compétentes les conditions régissant chaque destination envisagée afin de vous assurer que tous vos documents sont conformes aux normes requises.

Notez cependant que même si votre permis national est accepté à l’étranger, il peut être limité et vous ne pourriez pas conduire tous les types de véhicules. Certains pays peuvent exiger que vous possédiez une assurance automobile valide ou encore que vous ayez un âge minimum requis pour pouvoir louer un véhicule.

Les documents complémentaires à avoir en cas d’accident à l’étranger

Les documents complémentaires à avoir en cas d’accident à l’étranger

Malgré toutes les précautions prises, vous devez disposer des documents nécessaires pour éviter toute complication. Les formalités peuvent varier selon le pays où l’incident s’est produit.

Avant même d’envisager de prendre la route, assurez-vous d’avoir une couverture d’assurance adaptée aux voyages. Une fois sur place, si vous êtes victime ou responsable d’un accident de voiture avec votre véhicule immatriculé dans votre pays d’origine dans un autre État membre de l’Union européenne (UE), et que vous n’avez pas souscrit une assurance auto internationale spécifique pour ce type de déplacement, n’hésitez pas à contacter rapidement votre assureur afin qu’il puisse examiner les circonstances exactes et mettre en place les conditions nécessaires pour régler le sinistre.

En plus du constat amiable rempli communément par tous les conducteurs français qui établit conjointement la responsabilité respective des deux parties impliquées ainsi que leurs coordonnées respectives et celles relatives aux compagnies d’assurances engagées, certains pays exigent aussi la production du Certificat vert international (aussi appelé Carte Verte).

Cette carte atteste que le véhicule a été assuré conformément aux règles applicables au sein des États membres concernés. Elle permet aussi de faciliter la maîtrise facilement les langues locales et de permettre une communication immédiate avec les autorités ou d’autres personnes. Elle est aussi une preuve que votre voiture a bien été assurée conformément aux règles applicables au sein des États membres concernés.

Si vous êtes impliqué dans un accident à l’étranger, n’oubliez pas de collecter toutes les informations nécessaires, telles que le nom et les coordonnées des témoins éventuels ainsi que celles de la police locale en charge du dossier. Conservez tous ces documents soigneusement pour faciliter vos démarches futures auprès de votre assureur en cas d’accidents graves ou de problèmes ultérieurs qui surgiraient plus tardivement après cet événement malheureux.

ARTICLES LIÉS