Quelle est la population de Hong Kong ?

Hong Kong la nuit. Photo © Nathan O’Nions, sous licence Creative Commons Attribution. Tout comme le statut de Région administrative spéciale de Hong Kong est un hybride d’ingénierie chinoise et britannique, la question de l’identité à Hong Kong est complexe, et définir qui est Hongkongais et qui est étranger est une tâche potentiellement délicate.

A lire en complément : Quelle est la langue parlée au Laos ?

À bien des égards, Hong Kong est l’histoire de deux passeports. Au cours des années incertaines qui ont précédé le transfert de Hong Kong, de nombreux citoyens chinois de Hong Kong ont obtenu des passeports nationaux britanniques d’outre-mer ou ont pris la citoyenneté aux États-Unis, au Canada, en Australie et dans d’autres pays du Commonwealth en tant que police d’assurance, si la prise de contrôle communiste coule la ville. Leurs craintes se sont avérées infondées et beaucoup sont revenues, amenant avec eux leurs enfants ABC (American Born Chinese), BBC (British Born Chinese) ou CBC (Canadian Born Chinese). Tant les enfants que les parents conservent des liens culturels et familiaux étroits avec leur ancien foyer et se considèrent souvent eux-mêmes canadiens, américains, britanniques, etc., et un Hongkongais. De l’autre côté de l’équation se trouvent les Britanniques, les Indiens, les Pakistanais, les Australiens et divers autres ressortissants qui sont nés et ont grandi à Hong Kong, ont le droit de résider en permanence dans la ville, mais conservent la citoyenneté du pays de leurs parents. Ces immigrants et ces émigrants sont des Hongkongais, tous deux natifs et étrangers. Dans une ville qui a échangé ses identités chinoises et occidentales jumelles, les doubles nationalités sont le produit d’une ville fière de son passé multiculturel et qui met peu de place dans le nationalisme grossier et gung-ho.

Outre les étrangers locaux de Hong Kong, il y a aussi un grand nombre d’expatriés étrangers dans la ville. Les chiffres officiels indiquent qu’environ cinq pour cent des sept millions de citoyens de Hong Kong sont étrangers. Le groupe minoritaire le plus important est constitué des 115 000 Philippins et 110 000 Indonésiens qui travaillent principalement comme domestiques, nounous ou occupent divers autres postes de service. Le numéro des expatriés occidentaux a considérablement diminué depuis le transfert de 1997, principalement en raison de restrictions plus strictes en matière de visas de travail. Les ressortissants britanniques, qui avaient librement accès au marché du travail avant 1997, constituaient autrefois la plus grande minorité de la ville, mais ils ne sont aujourd’hui que 24 000, suivis par 13 000 Américains et 11 000 Canadiens. Le fait que de nombreux Occidentaux travaillent sur des contrats à court terme signifie que les chiffres peuvent être trompeurs et que les ambassades vous diront que les chiffres réels sont beaucoup plus élevés.

A lire en complément : Comment rester bon marché au Japon ?

Le grand nombre de multinationales, de sociétés financières internationales et de banques basées dans la ville, combiné au fait que l’anglais est la langue principale des affaires, font de Hong Kong une proposition attrayante pour les expatriés. Une vaste expérience dans le traitement des étrangers fait également de Hong Kong un endroit relativement facile pour se faire une nouvelle maison. Les habitants sont prêts à partager leur culture avec vous et sont également exceptionnellement patients avec les faux pas et les malentendus des étrangers ; on s’attend peu à ce que vous saisissez les subtilités du lieu de travail de Hong Kong (du moins pas immédiatement) ou commencez à goûter à la soupe Bird Nest chaque midi. Il y a aussi moins de tracas, de frustrations et de formalités administratives généralement associés au déménagement et à la vie dans un autre pays. Les services gouvernementaux, les services publics et les fournisseurs de services sont obligés d’offrir un personnel anglophone dédié et des lignes d’assistance téléphonique et sont aptes à répondre aux besoins spéciaux des expatriés à court terme.

Une grogne est que les citoyens occidentaux et chinois de la ville continuent de nicher dans des communautés assez séparées et indépendantes. Cela est principalement dû aux barrières linguistiques : peu d’expatriés, voire de greffes à long terme, apprennent le cantonais et la plupart des Chinois n’ont pas la capacité, ou plus généralement la confiance, de tenir une conversation en anglais. La connaissance des étrangers signifie également que la curiosité qui pousse les habitants d’autres pays asiatiques à entamer une conversation est absente. À bien des égards, il est rafraîchissant d’être traité comme n’importe quel autre. résident, mais il peut être frustrant d’essayer de trouver des opportunités non professionnelles pour se mêler à la population chinoise locale de Hong Kong. De nombreux Occidentaux préfèrent encore le terrain de rugby, les pubs de style anglais de Wan Chai et les barbecues des nombreux clubs nationaux. Combler le fossé sont les ABC, les BBC et les CBC, qui ont une formation à Hong Kong mais une éducation occidentale, peuvent parler couramment les deux langues et profiter d’une pinte autant qu’ils font une danse du dragon.

Extrait de la première édition de Moon Living Abroad à Hong Kong.

ARTICLES LIÉS