Quelle partie de la Turquie se trouve en Europe ?

Ce commentaire fait partie d’une discussion du CECR sur un programme positif pour l’UE et la Turquie. La discussion comprend des commentaires précédents d’Ibrahim Kalin et de Miguel Berger.

Kati Piri est membre du Parlement néerlandais.

Lire également : Comment faire une demande de visa pour l'Egypte ?

Après avoir été détenu sans lien de dépendance pendant plusieurs années, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, doit à nouveau rencontrer les dirigeants occidentaux. La semaine dernière, il a vu le président américain Joe Biden, ainsi que plusieurs dirigeants de l’OTAN et de l’UE. La semaine prochaine, le Conseil européen décidera s’il convient de tenir la promesse passée de l’Union européenne d’un « programme positif » avec la Turquie – et peut-être même d’améliorer les relations commerciales entre les deux pays.

Au début de l’année dernière, Erdogan a commencé à encourager ouvertement des centaines de milliers de migrants à franchir la frontière grecque, où des gens se sont retrouvés coincés dans le no man’s land à la frontière. L’été dernier, une confrontation militaire entre la Turquie et les États membres de l’UE est apparue comme une menace sérieuse, causée par des différends sur la les forages de gaz exploratoires dans les eaux revendiquées par la Grèce et Chypre. Dans le même temps, le processus supposé d’adhésion de la Turquie à l’UE n’a rien changé face aux abus croissants de la démocratie et des droits fondamentaux.

A lire également : Combien de temps cela dure-t-il en Turquie en novembre ?

Depuis des années, depuis le « marché des réfugiés » de 2016, l’UE s’est tenue fermement à une politique transactionnelle de la Turquie, vivant dans la crainte de l’impact des nouveaux arrivants de migrants et, plus généralement, dans l’incertitude quant à la manière de ralentir le retour en arrière démocratique chez son grand voisin. Il n’y avait aucune volonté politique en Europe d’utiliser les instruments à sa disposition pour tenter de stopper la tendance autocratique d’Erdogan. Ce faisant, il a écarté le processus d’adhésion basé sur les valeurs.

Les crises de l’été dernier ont amené Bruxelles à repenser sa politique. Mais au lieu de se concentrer sur le bilan démocratique de la Turquie, l’UE joue la carte économique pour garder Erdogan au frais : plus tard ce mois-ci, les dirigeants de l’UE se réuniront lors d’un sommet avec la Turquie, apportant avec eux des propositions visant à moderniser et à moderniser les deux parties » union douanière de longue date en y ajoutant les services, le droit d’établissement, les marchés publics et l’agriculture. Il s’agirait d’un accord majeur pour Ankara, car l’UE est le principal partenaire commercial de la Turquie et Erdogan est actuellement aux prises avec un ralentissement économique. En retour, Bruxelles cherche un nouvel accord sur la migration et le calme en Méditerranée orientale. Le président du Conseil européen Charles Michel a répété le langage d’un « agenda positif » dans ses espoirs pour les pourparlers. Ce que veulent les dirigeants de l’UE, c’est une politique étrangère turque qui ne soit pas diamétralement opposée aux intérêts de l’Europe.

Les dirigeants de l’UE ignorent aujourd’hui la réalité politique de la Turquie : le président ne bénéficie plus du soutien de la majeure partie de la population

Mais de tels pots de discussion, étant donné que les droits de l’homme sont absents du dialogue proposé. L’UE cherche à forger ce nouvel accord pendant qu’Erdogan : continue d’emprisonner ses adversaires politiques ; menace de fermer le parti pro-kurde HDP ; arrête un étudiant manifestants, se retire de la Convention d’Istanbul et ignore les verdicts de la Cour européenne des droits de l’homme dans des affaires aussi médiatisées que l’emprisonnement du dirigeant de la société civile Osman Kavala et l’emprisonnement de l’homme politique kurde Selahattin Demirtas. Quel moment pour un programme « positif » !

Les temps changent — en Turquie et en Europe

Les dirigeants de l’UE partent du principe qu’il n’y a pas d’alternative à Erdogan. Mais ils ignorent la réalité politique de la Turquie aujourd’hui. Le président n’a plus le soutien de la majorité de la population, l’ « autre Turquie », composée de personnes qui défendent ce que l’UE proclame comme ses valeurs fondamentales.

En effet, la position politique d’Erdogan est plus faible qu’il n’y paraît à première vue. Les plus grandes villes turques sont désormais toutes gouvernées par des partis d’opposition. Son soutien intérieur en baisse — pour la première fois depuis sa prise de pouvoir, son parti AKP n’a plus la majorité au parlement turc — signifie non seulement que le président ne porte plus tout devant lui, mais qu’il y a une circonscription en Turquie qui tirera de la force de voix extérieures pour soutenir leur cause. Sur le plan économique, la Turquie est très dépendante du marché européen et des investisseurs étrangers. Et, au niveau régional, les relations d’Erdogan avec Vladimir Poutine se sont détériorées et continuent de s’envenimer à cause de la Syrie. Il y a aussi une limite à ce qu’il peut aller pour provoquer les partenaires de l’OTAN en Méditerranée orientale. Enfin, Erdogan est confronté à la réalité qu’il y a un nouveau président à la Maison-Blanche, qui se soucie de protéger les normes démocratiques. Il est donc faux de supposer que l’UE soit le partenaire le plus faible.

Le prochain sommet risque de renforcer la position du président turc. Bruxelles s’est montrée peu disposée à utiliser son muscle économique pour amener Erdogan à changer de comportement. Il conclura plutôt que sa répression intensifiée contre l’opposition ne pose aucun obstacle à mieux relations avec Bruxelles. C’est également une gifle pour les journalistes emprisonnés et les politiciens arrêtés. L’ouverture proposée ne peut être justifiée par aucune mesure positive prise par Erdogan dans son pays, car il n’y en a pas.

Ce qui rend cette situation encore plus douloureuse, c’est que l’UE n’a pas hésité à sanctionner la Russie et la Biélorussie pour des raisons de droits de l’homme alors que chaque pays a poursuivi Alexey Navalny et réprimer les manifestations démocratiques. Il n’existe aucune unité pour sanctionner la Turquie, car le gardien des migrants a quelques amis dans les capitales de l’UE et, après tout, est un membre important de l’OTAN.

En tant que rapporteur du Parlement européen sur la Turquie, j’ai proposé d’arrêter officiellement les négociations d’adhésion avec la Turquie en raison de son bilan médiocre en matière de droits de l’homme, mais je n’ai jamais appelé à son isolement complet. Nous devons poursuivre la coopération en matière de migration, car la Turquie accueille encore quelque quatre millions de réfugiés syriens. L’UE doit proposer de fournir un soutien financier substantiel aux réfugiés, faire davantage pour réinstaller les réfugiés vulnérables et convaincre la Grèce de mettre fin aux renvois illégaux.

Mais offrir de meilleures conditions commerciales sans aucune condition de réformes démocratiques serait un véritable gâchis de la carte la plus solide de l’UE. Tant que la Turquie refusera de mettre en œuvre les verdicts de la Cour européenne des droits de l’homme, ce serait un mauvais signal de donner son feu vert au début des négociations sur la modernisation de l’union douanière UE-Turquie. Et, à plus long terme, plutôt que d’investir dans un avenir avec Erdogan, l’UE devrait plutôt investir dans une coopération plus étroite avec les forces démocratiques en Turquie. Ce sont eux qui croient aux valeurs démocratiques et qui sont capables de gagner les cœurs et les esprits en Turquie, ce que les électeurs confirment dans les sondages. Comme le changement devra venir de l’intérieur, la contribution la plus importante que l’UE et les États-Unis pourraient apporter serait de défendre l’État de droit, des élections équitables et la liberté des médias. Les démocrates turcs se souviendront de quel côté se trouvait l’Occident quand cela comptait vraiment.

ARTICLES LIÉS