Pourquoi le cap Horn est-il dangereux ?

Global Ocean Race 2011/2012 — Route vers le Cap Horn

Après la deuxième tempête, le vent a chuté rapidement, et en une demi-journée, il a reculé et nous avons même pu hisser le grand gennaker. Hugo et moi fêtons, rigolons, rigolons. La météo pour les prochains jours semble favorable et nous pouvons certainement faire une pause après une semaine très difficile. Sept jours de tempêtes, deux bateaux se sont retirés, mais nous avons réussi à surmonter le pire sans dégâts. Nous sommes en route vers le Cap Horn depuis la Nouvelle-Zélande.

A voir aussi : Qu'est-ce que la religion au Cameroun ?

Cap Horn — Le répit après les tempêtes des jours précédents La navigation se déroule en douceur, le grand gennaker nous offre de magnifiques surfs. Bientôt, nous serons rejoints par une crête de vents légers qui va nous ralentir. Tout semble sous contrôle et la seule chose qui change vraiment, c’est la température. Il faisait vraiment froid dehors, l’humidité de l’air était incroyable et l’eau de mer est descendue à 6 degrés Celsius. Nous étions toujours à la deuxième place, mais la météo semble nous ouvrir l’occasion de récupérer des kilomètres sur le Cessna, le bateau en tête de la course.

Lire également : Quel salaire vivre en Australie ?

Route vers le Cap Horn Course vers le Cap Horn

« Pensez-vous qu’ils vont ralentir tellement qu’on peut les dépasser » ? » demanda Hugo.

« Pourquoi pas ? Si nous nous positionnions dans cette zone, vous voyez, nous serions nous aussi au bord de la crête des vents légers, plus au sud et avec un vent meilleur ». Hugo m’a suivi avec un regard perplexe, puis a placé le curseur sur le point que j’ai indiqué.

« Que putas, soixante degrés sud ! Voulez-vous vraiment vous pousser aussi bas ? ! »

Cape Horn — Un moment de répit Alors que notre débat progressait joyeusement, le pilote automatique a décidé qu’il était temps de nous jouer un de ses tours. Le pilotage automatique a poussé la barre franche le chemin d’un côté, sans aucune possibilité de réaction, le bateau a fait un gybe involontaire. Nous avons été coudés à plat par le vent avec tous les poids du mauvais côté et la grand-voile reposant sur les patins et les vérifications. Je n’ai même pas atteint les draps du cockpit où j’ai encore entendu le gennaker se déchirer. Nous n’avons rien pu faire. Nous l’avons radié, mais les dégâts étaient trop importants pour être réparés. Nous n’avions vraiment pas besoin de quelque chose comme ça pour arriver.

Nous passons au spinnaker moyen et reprenons le cap. Nous prenons la route la plus méridionale pour tenter de dépasser notre adversaire.

Cap Horn — Gennaker déchiré Le calme avant la tempête

Comme prévu, la crête de vents légers nous a atteint, mais lentement, nous avons recommencé à faire du chemin, lentement. Derrière la crête, nous trouvons de la pression et nous commençons à rattraper des kilomètres sur le Cessna, qui semble coincé dans les airs légers. Difficile de penser qu’il y a quelques jours, c’était la mer la plus féroce que nous ayons jamais vue.

Notre tactique fonctionne et notre retour est implacable. Nous parvenons à atteindre leur même longitude en les dépassant plus de cinquante milles plus au sud et en parcourant 300 milles au-dessus d’eux. Je suis de bonne humeur.

Cape Horn — Le calme avant la tempête Il y avait un épais brouillard à l’extérieur et le bateau se déplaçait comme un fantôme sur une eau douce. Avec un peu plus de six nœuds de vent, nous naviguions à près de 7 nœuds. L’air était humide et froid et nous étions très près du point de congélation. La température de l’eau est tombée à quatre degrés et demi Celsius. J’ai l’impression de retourner sur les Grands Bancs de Terre-Neuve, pendant l’OSTAR, où j’avais navigué dans un silence absolu, dans une atmosphère de forêt enchantée. Il y a alors cette odeur de neige dans l’air.

Cape Horn — Air froid et humide La visibilité était très faible et nous sommes obligés de nous fier au radar, un e-mail de Cessna a confirmé mes soupçons : nous étions en territoire iceberg. Ils sont à une trentaine de kilomètres au nord de nous et ils venaient d’en repérer deux petits. Nous sommes allés sur le pont mais c’était inutile, le brouillard était plus épais que jamais. Nous ne pouvons pas faire grand-chose.

Les icebergs près du Cap Horn

« Puta Madre, iceberg ? Vraiment ? »

« Nous sommes dans une zone de danger, je pense, mais la probabilité devrait être faible. » Je lui ai montré la dernière image satellite fournie par le comité de course avant le départ. « Nous étions à moins de cent milles de la limite de glace connue et quelques petits icebergs auraient pu facilement dériver aussi loin. »

« Nous avons gardé un œil sur le radar et si seulement le brouillard se levait, nous pouvions aussi regarder dehors » !

Nous avons poursuivi notre parcours et avons récolté davantage de dividendes sur notre investissement. Pour la première fois depuis le début de la course, nous sommes en tête du bateau. Je ne me fais pas d’illusion sur la possibilité de gagner l’étape. Mais une erreur ou un dommage à bord du Cessna suffirait à nous donner la première place sur le podium. Pour finir premier, il faut d’abord terminer.

En tête de la course

Pour l’instant, je veux simplement profiter de la sensation unique de mener une course qui fait le tour du monde. Avec deux icebergs à ma gauche, la calotte glaciaire antarctique à droite et le cap Horn devant moi ! Je suis soudainement ravi et Hugo me regarde de temps en temps et secoue la tête. Il est étonnant de voir à quel point l’état d’esprit influence notre perception des choses.

Cape Horn — Nous prenons la tête de la course Les jours suivants, nous naviguons tout droit vers le Cap Horn sans grandes surprises. Un front froid nous rend visite avec son vent habituel et la mer traversée qui nous apporte même de la neige pour la première fois. Le plus redouté des Capes est désormais moins de trois jours de navigation et l’objectif de l’arrondir semble de plus en plus palpable.

Le Pacifique, cependant, veut nous saluer à sa manière. Une nouvelle dépression profonde est sur une trajectoire de collision avec nous.

La grande tempête du Cap Horn

Hugo et moi nous sommes assis vers le bas de la table des graphiques pour télécharger un fichier grib qui confirme le scénario habituel. Le tourbillon passait juste au sud du cap Horn en moins de trois jours et nous ne pouvions rien faire pour l’éviter. Nous souffrirons pleinement de la fureur et nous nous retrouverons au Cap Horn juste au passage du front froid, dans le moment le plus dangereux.

Météorologie — Cap Horn — Front froid La situation est si grave qu’un échange de courriels commence entre nous, Phesheya et Cessna. Pour la première fois, nous recevons même un e-mail de la direction de la course. Violent un vent de vent attendu avec une force de onze vents au centre de la dépression. Le vent pourrait facilement dépasser la moyenne de soixante noeuds.

C’est une bête différente des autres. Nous l’étudions sur la carte, les isobares sont si proches qu’on peut difficilement les distinguer sur l’écran de l’ordinateur.

Cape Horn — Le front froid menaçant Josh nous envoie un autre e-mail pour nous dire qu’ils ont alerté les garde-côtes chiliens et argentins. Tout cela contribue à générer une certaine atmosphère d’anxiété. Nick sur Phesheya n’est pas non plus calme du tout et m’écrit simplement : « Attention, rappelez-vous où vous êtes. »

Choix difficiles en course, le Cap Horn nous laissera-t-il passer ?

J’ai passé la nuit à réfléchir, je n’avais pas peur du vent, mais j’avais peur d’arriver avec une mer très formée à proximité du cap Horn. Le fond marin passe d’environ quatre mille mètres à quelques centaines, comme dans le golfe de Gascogne, comme sur les rives de Terre-Neuve. C’est ce qui rend les vagues beaucoup plus raides et plus dangereuses dans ces endroits.

Il y aurait des brise-roches, et avec le passage du front froid, les deux trains de vagues croisés pourraient vraiment créer l’enfer. Quand cela devait se produire, je voulais être dans les eaux profondes, avec assez de choses sans avoir à me soucier d’un rivage sous le vent et sans où m’échapper.

Cap Horn — Inquiétude au sujet de la tempête Cessna réussira-t’il à faire le tour du Cap Horn avant que le pire ne vienne, mais pour nous, le risque est trop grand. Aller de l’avant aurait signifié mettre en péril notre sécurité et l’ensemble du projet. J’ai dû préserver le bateau, il a fallu faire preuve de prudence, j’en étais maintenant convaincu.

Cap Horn — Préparatifs de la tempête « Hugo, nous devons gagner des milles au sud, attendre que le pire passe, pour pouvoir arriver au Cap Horn dans des conditions relativement calmes. »

« Marco, tu es le capitaine, et en tout cas je suis d’accord avec toi ».

Évitez le pire pour ne pas en souffrir

Vers la soirée, nous avions déjà tout préparé pour la tempête. Nous avons fixé le foc de tempête à l’avance et pour la première fois de toute la régate, nous avons utilisé le 4e récif. Cela ne laissait que la voile à tête carrée peinte en orange exposée. Pour ralentir, nous nous hâtons, le vent a déjà plus de 40 nœuds et le ciel s’assombrit.

Cape Horn — Avant que la tempête ne vienne Nous attendons comme ça toute la nuit, de haut en bas entre d’énormes vagues. Le vent siffla violemment, créant un bruit inquiétant. Mais même si les vagues grandissaient, j’avais l’impression que dans des eaux aussi profondes, elles ne deviendraient pas dangereuses. En fait, le bateau est resté relativement stable et confortable.

Nous avons entendu les premiers signes de l’arrivée du front : un peu de pluie, des rafales plus violentes, des nuages plus bas et plus sombres, une mer confuse et traversée. Cela ressemblait à une scène apocalyptique et je me demandais sans cesse ce que nous aurions rencontré si nous avions continué. Un nuage apporte même de la grêle, on décide de se replanter sous le pont pour attendre.

Cape Horn — Le front froid nous frappe La tempête de grêle se termine, les heures passent, le vent tourne, signe que le front nous a dépassés et que nous pouvons recommencer.

Reprenons la course : nous nous dirigeons vers le Cap Horn

« Allons-nous y aller ? » J’ai dit à Hugo.

Cape Horn — Le bateau surfe avec très peu de voile dans la tempête

Le centre de la dépression est maintenant plus à l’est que nous, le vent a atteint cinquante-cinq nœuds et ne devrait pas s’aggraver. Dès que nous avons relâché les draps et que nous sommes sortis de la position « hove-to », le bateau a commencé à raboter malgré la très petite quantité de toile. Nous continuons comme ça toute la nuit, et le matin, la couverture nuageuse se brise.

Derrière les nuages de couleur métal, on pouvait voir quelques tuiles de ciel bleu. Le soleil bas à l’horizon est la première lumière directe du soleil que nous voyons depuis des jours. Ce n’est pas encore fini, le vent continue de hurler furieusement, mais le moral commence à s’envoler hausse.

Cap Horn — Nous décidons de partir après le front froid Et en fait, les rafales ont commencé à être moins violentes à chaque fois. Vers midi, nous secouons le quatrième récif et passons de la foc de tempête à la voile d’escalier. Puis, le vent baisse brusquement et nous permet d’atteindre la longitude du cap Horn. Nous avons atteint la longitude du Cap Horn avec la grand-voile et le Solent par environ vingt-cinq nœuds de vent. Nous avions évité le pire et, surtout, nous n’avions subi aucun dommage.

Malheureusement, par prudence, nous sommes passés assez loin du cap Horn et nous ne pouvons pas le voir derrière les nuages à l’horizon.

Le Cap Horn décide de nous laisser passer

Hugo et moi prenons à tour de rôle de nombreuses photos tenant une pancarte improvisée « Cap Horn », mais il n’y a rien en arrière-plan, on pourrait être n’importe où !

De nombreux courriels arrivent immédiatement à bord avec les compliments de tous. Ils auraient dû nous aider à comprendre où nous en étions et ce que nous venions de réaliser. N’ayant pas encore vu la terre, la situation est un peu surréaliste.

Nous nous trouvons le 24 février 2012, j’avais trente-trois ans, je pensais, et je venais de contourner le cap Horn. J’ai essayé de recueillir les sensations et les émotions. J’avais rêvé et imaginé ce moment depuis si longtemps, peut-être que je m’attendais à quelque chose de plus épique. J’ai caché une larme, je me suis sentie très émue.

Cape Horn — Les célébrations Hugo attire mon attention : il est temps de décider quelle route suivre. La situation était calme et le vent continuait de baisser. Nous avons donc choisi de nous diriger vers le détroit du Maire. La route est courte, passant entre la Terre de Feu et l’île des États. Nous n’avons qu’une brève description du livret pilote. « De forts courants de marée d’une intensité allant jusqu’à cinq nœuds alternent sur le chenal Nord-Sud toutes les six heures. La mer se brise violemment avec le vent face aux situations actuelles. Le transport en cas de vent fort n’est pas recommandé « Nous n’avons pas de tables de marées locales et nous n’avons aucun moyen de savoir si nous arriverons avec des courants favorables ou défavorables ».

Terre de Feu

Enfin, nous apercevons la terre : la Terre de Feu avec ses montagnes surplombant la mer et ses sommets enneigés. Je me suis à nouveau excité, vingt-sept jours se sont écoulés depuis que la Nouvelle-Zélande a disparu dans la brume derrière nous, et puis le premier aperçu de l’Argentine l’a rendue encore plus réelle. Nous avions vraiment fait le tour du Cap Horn !

Terre de Feu Combien de fois ai-je ramassé un globe terrestre et, en regardant l’immense océan Pacifique, j’ai imaginé le traverser. Combien de fois avais-je craint sa désolation. Mes yeux ont encore gonflé, c’était plus fort que moi.

Le détroit du Maire

Nous étions entourés d’une myriade d’oiseaux. Autour de ces terres, il y a beaucoup de vie marine et on peut respirer des odeurs différentes de celles de la haute mer. Nous avons été plongés dans une nature spectaculaire. La côte sombre, sauvage et inhabitée, les nuages, la neige. Nos yeux se régalent de toute cette beauté.

Cap Horn — Terre de Feu Nous arrivons à l’embouchure du détroit avec très peu de vent et nous avons la chance d’y arriver avec un courant favorable et d’accélérer aspiré entre les deux îles. L’eau bout et de grands tourbillons se forment. Nous ne pouvons qu’espérer qu’il n’y ait pas d’obstacles ou d’algues dans lesquels se retrouver piégé. L’eau nous entraîne très vite, au point le plus étroit, le courant atteint sept nœuds. Pendant un moment, on a l’air d’un bateau en papier dans une rivière enflée. Puis, avec un certain soulagement, on nous a littéralement crachés de l’autre côté.

Cap Horn : faire face à lui pendant une tempête et le arrondir

Le passage du cap Horn a été une expérience unique et impressionnante, un endroit que je craignais qui m’a fasciné, encore plus avec une tempête à affronter. Par Marco Nannini.

La mer Atlantique

Une mer plate et calme s’étend maintenant devant nous, peinte de couleurs chaudes par un coucher de soleil serein. Nous étions sortis du Grand Sud, de ses vagues gigantesques de son menace constante. Nous avons ressenti un sentiment de sécurité en sachant que nous étions de retour dans l’Atlantique.

Cap Horn — enfin dans l’Atlantique Le grand mystère du Pacifique, du Grand Sud, s’était en quelque sorte refermé derrière nous. Un chapitre composé d’années passées à l’imaginer, à le lire dans des livres, à le craindre, à le désirer. Nous avons finalement tourné le virage, le Cap Horn était derrière nous.

Atlantic — Le ciel est teinté de couleurs chaudes Traduit de « Dalla Banca all’Oceano », éditions Longanesi, par Marco Nannini. L’histoire de la participation à la Global Ocean Race 2011/2012. Course pour les équipages à deux mains, en cinq étapes, sur des bateaux de classe 40, de 12 mètres.

Cap Horn — Le premier coucher de soleil dans l’Atlantique

Route vers le Cap Horn avec la période d’attente avant le cap

ARTICLES LIÉS