La découverte de vies extra-terrestres devrait prendre un important tournant

vie-universDifficile de savoir quand sera faite la découverte tant attendue , mais récemment un modèle d’outils permettant de détecter le méthane, signe de vie, vient d’être mis au point par une équipe de chercheurs de l’University College de Londres (UCL).
Cela devrait ainsi permettre d’identifier d’éventuelles formes de vie au-delà du système solaire.

Selon les scientifiques en charge du projet, il s’agirait de l’outil le plus précis connu à ce jour pour mener à bien ce genre de projet.
L’objectif de ce modèle est de détecter le méthane, un élément connu pour être représentatif de potentielles formes de vie. Pour cela, les chercheurs ont réussi à développé un spectre pour des température supérieures à celles de la Terre et pouvant atteindre jusqu’à 1220°C.  »
Actuellement les modèles de détection de méthane sont incomplets, conduisant à une importante sous-estimation des niveaux de méthane sur les planètes. Ce nouveau modèle devrait avoir un grand impact sur les futures études des exoplanètes et pourrait aider les scientifiques à identifier des signes de vie extraterrestre. Le spectre lumineux permettra de déterminer la composition de l’atmosphère d’une planète.

Les planètes habitables dans notre galaxie, se chiffrent en millions et la probabilité d’y détecter du méthane sera donc plus élevée que sur n’importe quelle planète.
Actuellement, les astrophysiciens étudient les caractéristiques des planètes lointaines en analysant comment leur atmosphère absorbe la lumière provenant de l’étoile autour de laquelle elles orbitent. Cette absorption se manifeste dans des couleurs différentes permettant ainsi d’identifier les différents éléments qui composent l’exoplanète en question.

Le modèle mis en place par ces chercheurs se compose de 10 milliards de lignes stéréoscopiques. Chacune correspondant à une couleur précise à laquelle le méthane peut absorber la lumière. Cet ensemble, environ 2000 fois plus grand que tous ceux développés au cours des études précédentes, devrait fournir des informations bien plus précises qu’auparavant sur le méthane dans une plus large gamme de températures.

Un spectre très large et plein de perspectives. Les travaux de recherche pourraient prendre ces prochaines années une nouvelle ampleur. Si dans le système solaire on ne semble pas espérer plus qu’une vie microbienne en dehors de notre planète, ailleurs on s’attend à découvrir un monde étrange habitée de forme de vies complexes voire intelligentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *